Alger    Djazaïr    El-bahdja    Icosium    Assima    Alger la blanche

 

 

 

 

 

 

Bénin 1 – Algérie 3 : Les Verts avec beaucoup de maîtrise

L’efficacité de Gestede a répondu aux maladresses de Soudani.

 

 

 

 

 

 

 
 

Actualité

 

 

Appréhendé par les observateurs, le match de l’Algérie face au Bénin, qui s’est disputé hier au stade Charles-de-Gaulle de Porto-Novo, a été très bien maîtrisé par les Verts qui regagneront ce matin Alger avec les trois points de la victoire et une consolidation de leur goal-average. Ni le climat ni l’état de terrain n’ont influé sur la sélection algérienne qui a fait preuve de métier et d’efficacité.

L’efficacité de Gestede a répondu aux maladresses de Soudani
La première mi-temps a débuté par un combat physique que les Béninois ont voulu imposer, histoire d’essayer d’intimider les Algériens. En moins d’un quart d’heure, il y a eu huit arrêts de jeu, en raison de joueurs à terre des deux côtés. Ce n’est qu’à la 11’ qu’on a commencé à voir du jeu, avec un centre de Dossou détourné du genou par Bougherra et capté Mbolhi au milieu d’une forêt de jambes. Les Algériens ont réagi par une séquence de domination d’une vingtaine de minutes qui les a vus se procurer pas moins de quatre occasions de scorer, dont trois par le seul Hilal Soudani. La première est survenue à la 15’ quand Slimani, bien lancé par Feghouli, est devancé in extremis par le gardien de but béninois, Bemenou, qui sort le ballon en touche. Dans la continuation de l’action, Soudani n’a pas su profiter d’un cafouillage pour tromper la défense adverse, son pointu du pied gauche ayant été détourné par Bemenou. A la 22’, Feghouli s’est échappé sur la droite et a centré au point de penalty vers Soudani dont la reprise du plat du pied passe au-dessus du cadre vide. Feghouli s’est illustré à son tour à la 29’ en voyant son coup franc sauvé difficilement par Bemenou, après un rebond (29’). Une minute plus tard, Soudani a manqué l’immanquable : il s’est retrouvé absolument seul face au gardien de but béninois, alors qu’on le croyait hors-jeu, mais il a raté son contrôle (30’).  Avec un tel nombre de ratages, on n’est pas à l’abri d’un  but adverse et c’est ce qui est arrivé : sur un coup franc renvoyé, Sessegnon a centré vers le point de penalty où Gestede, libre de tout marquage, n’a laissé aucune chance à Mbolhi (31’).

Slimani renverse la vapeur
Ce but aurait pu démoraliser les Verts, mais c’est l’inverse qui s’est produit. Après une petite période de flottement qui a failli profiter aux Béninois, notamment à Sessegnon qui a percuté au sein de la défense algérienne et tiré le ballon de l’extérieur du pied, heureusement détourné admirablement par Mbolhi (35’), les Verts ont su revenir dans le match : Taïder a lancé Slimani en profondeur qui, cette fois, a devancé Bemenou en le lobant d’un tir de la cuisse (38’). Les Béninois ont été refroidis par cette réalisation et encore plus par la fermeté de Mbolhi à capter un tir de Sessegnon, une minute plus tard. Battant le fer tant qu’il est chaud, les Algériens ont enfoncé le clou à la 42’ : un coup franc admirablement botté par Lacen a vu Slimani jaillir au point de penalty pour placer une tête victorieuse. A 1-2 à la mi-temps, la sélection algérienne avait fait le plus dur. 

Ghilas assomme le Bénin grâce à son premier but avec les Verts
La seconde période a vu le Bénin tenter un pressing haut, afin de créer le danger, profitant d’un recul relatif de la sélection algérienne. Cependant, la vigilance de Mbolhi, irréprochable durant tout le match, a fini par décourager les Béninois, surtout après l’expulsion de Nana Nafiou, qui a stoppé irrégulièrement Slimani, parti seul vers le but (67’). A onze contre dix, c’est devenu plus facile pour les Algériens dont les contre-attaques ont constitué un supplice pour la défense béninoise. L’un d’entre eux a profité à Nabil Ghilas (entré à la place de Slimani) qui, lancé seul vers le but, a battu Bemenou avec beaucoup de sang-froid, inscrivant ainsi son premier but avec les Verts (79’). Feghouli aurait pu corser l’addition, mais son tir du gauche, après une succession de dribbles, est passé à côté du cadre (85’). Les dernières minutes ont été marquées par la maladresse des Algériens devant le but béninois face à un adversaire démobilisé et frustré. L’Algérie consolide, par cette victoire, sa première place dans la poule H, en attendant le déplacement au Rwanda qui, sur le papier, s’annonce plus facile.

L’EN pas autorisée à inspecter la pelouse 
Une fois qu’ils ont accédé au stade, les coéquipiers de Hilal Soudani voulaient, comme à chaque occasion, inspecter l’état de la pelouse, d’autant plus que la pluie ne s’est pas arrêtée pendant plusieurs heures. A la surprise de tous, le commissaire au match ainsi que le responsable de la sécurité désigné par la CAF ont interdit aux joueurs de faire un tour sur la pelouse pour ne pas l’endommager. 

14h15, les Fennecs arrivent au stade 
Il était exactement 14h15, lorsque les joueurs de l’Equipe nationale sont arrivés au stade. La sélection a quitté l’hôtel, situé à Cotonou, à 13h30. A leur arrivée, ils ont directement regagné les vestiaires. 
Les supporters algériens escortent le bus 
Les Algériens sont partout, même au Bénin. En effet, les supporters de l’Equipe nationale, qui étaient nombreux à assister à la dernière séance d’entraînement, se sont déplacés à l’hôtel où résidaient les joueurs pour prendre quelques photos avec eux. Les fans ont même tenu à escorter le bus de Cotonou jusqu’à Porto-Novo. 
Les joueurs algériens chambrés 
A leur arrivée au stade de Porto-Novo, plusieurs supporters béninois ont essayé d’intimider nos joueurs. Ces derniers, très concentrés, ont préféré garder leur calme. 
15h10, Doukha et M’bolhi les premiers sur le terrain 
Une heure avant le coup d’envoi de la rencontre, les deux gardiens de l’EN, à savoir Rais Mbolhi et Azzedine Doukha, ont fait leur apparition sur le terrain, pour entamer l’échauffement. Quelques minutes plus tard, c’était au tour des joueurs d’accéder au terrain. Il était exactement 15h15. 
Le stade vide, une heure avant le coup d’envoi
Le stade Charles-de-Gaulle était vide, une heure avant le coup d’envoi du match. Les supporters commençaient à remplir les gradins, 30 minutes seulement avant le début de la partie. Il faut rappeler que les supporters algériens étaient présents. 
Une organisation catastrophique 
Le moins que l’on puisse dire est que les responsables du stade Charles-de-Gaulle n’étaient pas à la hauteur. Pour preuve, nous avons remarqué qu’ils ont autorisé les supporters à accéder au stade à partir d’une porte qui devait rester fermée, du moment qu’elle mène directement au vestiaire des Verts. Heureusement que rien de facheux ne s’est passé.
La FAF intervient pour payer les tickets des Fans
La Fédération algérienne de football a dû intervenir et payer des tickets plus chers, afin de placer les supporters des Verts dans une tribune meilleure que celle qui leur a été réservée au stade Charles-de-Gaule à Porto-Novo par les responsables de la Fédération béninoise. Ainsi donc, les supporters algériens ont été placés dans la tribune couverte.

Source : le buteur le 10/06/2013

 

Histoire

Photos  
Hôtels
Restaurants  
Cuisine
Musique
Bouqualettes
Religion  
Ramadhan
Médias
Météo
Sport
Adresses utiles
Contact
Plan du site
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 16alger © Copyright 2006 - 2013